web analytics

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

– 20130313 Au revoir Benoît bienvenue François

Blason du pape François

Pour le quotidien « La Croix », le cardinal Roger Etchegaray a rédigé une prière au
Pape François, qui traduit son intense émotion au soir de l’élection du 13 mars.

J’entends que tu te fais appeler « François »,
François d’Assise et de Buenos-Aires…
comme évêque de Rome.

Mais pourquoi prendre ce nom,
toi le premier pape à porter un nom
si universel et si fascinant ?

Pourquoi le peuple immense qui te découvre
sur la loggia des bénédictions
reconnaît en toi le successeur de Pierre
et t’aime déjà comme un père ?

À côté de moi, je surprends un cri :

« il est si simple que j’ai envie de l’embrasser ».

Je te vois silencieux, les bras ballants.
Je pense à l’« Ecce Homo », l’homme de la Passion,
et j’aurais envie d’essuyer tes larmes
car certains jours tu ne pourras nous les cacher.

Mais j’ai moi-même ce soir pleuré de joie
quand tu nous as invités tous à prier
dans la diversité de nos conditions et de nos croyances.
Conduis-nous souvent sur tes traces,
jusqu’à saint François et sainte Claire,
pour accueillir à coups de conversions,
la première des Béatitudes « Heureux les Pauvres ».
Il ne faut pas trop se préoccuper de nuances
avant d’avoir saisi la pensée du Christ
dans sa tranquille plénitude et sa terrible nudité.

Toi, notre guide,
et encore plus notre compagnon de route,
conduis-nous toujours plus fidèles à l’Église du Christ.
Face aux défis gigantesques de ce monde,
l’Église, de l’Orient à l’Occident, peut paraître dérisoire,
comme le petit David, avec une besace
contenant, en plein âge nucléaire,
des cailloux polis par le torrent de l’Esprit.

L’Église seule, pourtant, comme l’Apôtre Pierre
à l’infirme de la Belle Porte
ose nous dire : « De l’or ou de l’argent je n’en ai pas
mais ce que j’ai je te le donne
au nom de Jésus-Christ le Nazaréen, marche ! » (Act. 3, 6)

ETCHEGARAYPape François, aide-nous à croire
que sur tous les chemins de la Résurrection,
le Christ nous précède toujours. +

Cardinal Roger Etchegaray, 13 mars 2013.

(Prière parue dans « La Croix » du 16/17 mars).

 

 

 

 

C’était Benoît XVI: article paru dans le Figaro  >>> C’était Benoît XVI (Le Figaro)[1]

 

 

 

Le pape François, défenseur de la vie humaine

Le Pape François
Le nouveau pape vient d’Argentine

ROME, 13 mars 2013 (Zenit.org) – Le pape François, ce matin encore cardinal Jorge Maria Bergoglio, archevêque émérite de Buenos-Aires et ancien primat d’Argentine, a été élu après 5 tours de scrutin ce 13 mars 2013 par 115 cardinaux réunis en conclave depuis mardi 12 mars, en la chapelle Sixtine. Il a pris le nom de François. Il a, à plusieurs reprises, invité à défendre la vie humaine de sa conception jusqu’à sa fin naturelle, notamment en 2009, à l’occasion de la fête de saint Raimondo Nonnato, invoqué par les femmes enceintes, celles qui souhaitent une grossesse ou qui vivent une grossesse difficile.
C’est ce qu’a rapporté L’Osservatore Romano dans son édition du 2 septembre de cette année-là. A cette occasion, le cardinal a célébré la messe avec les « messagers de la vie » – ceux qui sont engagés à répandre une culture de vie en distribuant dans les maisons des images de saint Raimondo Nonnato – réunis pour une rencontre sur le thème « Unis à Jésus, nous demeurons dans l’amour ». Dans son homélie, le cardinal Bergoglio a exhorté ces « messagers » à témoigner personnellement de l’amour pour la vie dans la bataille contre la « culture de la mort ». Et il les a encouragés à défendre la vie de sa conception jusqu’à son terme naturel.
Mais promouvoir vraiment la culture de la vie signifie aussi soutenir l’existence de ces enfants conçus, dans toutes les phases de leur enfance, rapporte encore L’Osservatore Romano. Il faut veiller à ce que « les enfants grandissent sainement, soient suffisamment nourris, reçoivent une bonne éducation fondée sur de solides principes moraux », a ajouté le cardinal. Pour le haut prélat, chaque enfant doit être « accompagné pour toute la vie », même dans « la douleur, dans la maladie, dans des hôpitaux propres » où le personnel assiste scrupuleusement les petits patients avec tendresse. Voilà la « culture de vie » soutenue tant et tant de fois par Jean-Paul II et par Benoît XVI. « C’est une bataille à soutenir contre les nombreux attentats à la vie humaine, contre la diffusion de la culture de mort ». Une bataille, qui doit être soutenue aussi pour les personnes âgées, qui sont la « sagesse de la vie », et quand la vie humaine
est proche de s’éteindre. Cela, évidemment, demande des dévouements et du sacrifice, a poursuivi le Primat d’Argentine en affirmant que si « la vie est belle » on ne peut pas pour autant « éliminer les difficultés ».
« Nous ne pouvons pas embrasser la culture de la vie si nous ne mettons pas nos racines en Jésus, si nous ne sommes pas unis à lui comme le sarment de la vigne au tronc », a-t-il poursuivi. « Parce que Jésus est le patron de la vie. Il s’est défini comme le chemin, la vérité et la vie. Ce n’est qu’avec Jésus que nous pouvons répandre cette ardeur, que nous pouvons avoir cette ferveur pour proclamer le message de la vie ».

Anita Bourdin

Comments are closed.