web analytics

Articles récents

– 20120908 | Une équipe de prêtres pour le secteur de Saâcy

Nous voici à la fin de l’été et la rentrée est imminente. Comment ne pas remercier le bon Dieu pour tout ce qu’il m’a donné pendant ces années de ministère au sein du patronage ‘Le Chantier’ à Paris,  association de loisirs dédiée à l’éducation chrétienne des enfants et des jeunes.  Depuis mon ordination sacerdotale (célébrée le 24 décembre 2002 à Rome),  j’accompagnais donc petits et grands dans leurs activités.  La grande excursion que nous avions l’été pendant le camp, était l’un de ces grands moments pour tous ceux qui ont eu la joie d’y participer.  Le couronnement de ces journées fut donné lors de la randonnée le long du glacier d’Aletsch où les enfants se sont tous retrouvés avec les adultes qui les accompagnaient pour la célébration de la sainte Messe (voir photo) :  un moment qui restera gravé dans nos mémoires et dans nos cœurs.  Personnellement,  je ne résistais pas à la tentation de monter au plus haut afin de contempler la main du bon Dieu dans ce cadre magnifique.

Mais tout cela n’est pas arrivé sans que Dieu le veuille.  Né à Tuléar (Madagascar) où j’ai passé les sept premières années de ma vie,  je grandis dans ce beau pays dans une famille profondément chrétienne.  Après quelques années au Maroc,  je revenais en France,  à Poitiers pour mon adolescence et mes premières années d’étudiant.  Le scoutisme et l’aumônerie m’ont préparé à accueillir l’appel de Dieu à la vie religieuse et au sacerdoce au sein de la Légion du Christ en 1991.  Après deux ans de noviciat à Dublin (Irlande),  je fus envoyé à Salamanque pour des études classiques avant d’aller à Rome pour commencer la philosophie.  En juillet 1996,  je fus appelé à fonder l’Ecole Apostolique à Méry sur Marne,  avec le Père Fergus O’Carroll que certains d’entre vous ont pu connaître.  En 2001,  je retournais à Rome pour terminer mes études de théologie.  Ces dix années de ministère au sein du ‘Chantier’ m’ont préparé à cette belle mission que Dieu me confie maintenant.  Pour l’accomplir,  je fais mienne et prends comme ligne directrice les paroles de l’abbé Poivrel,  fondateur du ‘Chantier’:  « l’oeuvre est commencée ;  il faut qu’elle se poursuive avec ardeur,  avec confiance,  avec gaîté.  Il faut surtout qu’elle se fasse avec l’esprit qui convient ;  de chacun de nos efforts,  ce qui doit résulter,  c’est non pas un simple contentement personnel,  un amour-propre satisfait en face d’un succès croissant,  mais plus de bien pour les âmes, plus de lumière dans les esprits,  plus de cordiale entente entre les cœurs,  c’est surtout Dieu davantage aimé et chaque jour plus fidèlement servi.  Oui,  voilà le but qu’il ne faut jamais perdre de vue ; voilà l’œuvre essentielle à laquelle il faut se donner tout entier ;  il faut que par le Chantier – le secteur paroissial de Saâcy – arrive le Règne de Dieu,  le Règne de la vérité, de la justice et de l’amour.»

‘Dieu davantage aimé et chaque jour plus fidèlement servi’:  C’est bien pour cela que je suis prêtre de Jésus-Christ.  Le Père Shane Lambert et le Père Xavier Carné seront aussi à votre disposition,  le premier pour les célébrations eucharistiques et le second pour la catéchèse.  Je leur laisserai le soin de se présenter eux-mêmes dans les prochaines semaines.  

Dans l’attente de pouvoir vous rencontrer,  je vous assure de mes prières et de mon dévouement.



Père Hervé Peyrelongue, lc, prêtre référent des neuf villages du secteur de Saâcy-sur-Marne.

______________________________

C’est avec une grande joie,  chers paroissiens du secteur de Saâcy-sur-Marne,  que je me présente aujourd’hui à vous par ce moyen.  Nous aurons bien d’autres occasions de faire une plus grande connaissance.  Mais déjà,  je peux vous dire que je suis né à Barcelona (Espagne) il y a 42 ans.  Mes parents racontent qu’ à l’âge de 5 ans,  lors d’une balade familiale en montagne,  à la question d’une dame qui se promenait :  « oh, quel garçon si mignon,  qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras plus grand ? »,  j’aurais répondu du tac au tac « je veux être prêtre marié ».  Comme vous le voyez,  j’étais déjà très en avance pour mon époque.  Et aujourd’hui,  j’ai pu accomplir au moins la moitié de mon rêve et je pense en rester là.

Le temps est passé et à l’âge de 18 ans,  je suis rentré au séminaire à Salamanque (Espagne).  Ensuite,  Rome pour continuer les études ecclésiastiques.  En 2001,  j’ai été ordonné prêtre dans cette ville éternelle avec 58 autres confrères.  Depuis,  j’ai travaillé en France,  au début à la création de l’Ecole Apostolique de Méry-sur-Marne que vous connaissez tous et ensuite une bonne dizaine d’années à Bordeaux,  toujours auprès des enfants et des jeunes.

Maintenant je suis ravi de revenir aux sources et de pouvoir collaborer avec vous tous dans l’évangélisation par la catéchèse des enfants. Sachez que je suis à votre service pour tout ce dont vous aurez besoin. Je suis très heureux d’être prêtre avec vous et pour vous.

Que Dieu vous bénisse et je vous assure de mes prières pour tous et pour chacun dans ma Messe quotidienne.  Bien affectueusement.

Père Xavier Carné, lc

______________________________

Bon dimanche à tous !

Cette année, je suis très heureux d’aider le Père Hervé dans notre secteur paroissial de Saâcy-sur-Marne,  surtout avec les messes.  J’étais déjà enchanté de faire la connaissance de certains parmi vous l’année dernière,  en célébrant soit à Saâcy soit dans les autres « clochers »,  chaque fois que le Père Piotr en avait besoin.  Et moi,  j’avais toujours besoin de pratiquer mon français !  Oui, c’est moi :  le prêtre de l’autre côté de la Marne,  de l’École Apostolique,  avec l’accent « polonais » ou « irlandais » qui soit.  Quelle confusion !

En fait, je suis canadien anglophone,  de la ville d’Edmonton,  la capitale de la province d’Alberta.  C’est vrai :  les ancêtres de ma grand-mère maternelle venaient de la Slovaquie à moins de 10 km de la frontière polonaise,  et je suis à moitié irlandais-écossais entre mon grand-père maternel et ma grand-mère paternelle.  Vous êtes donc pardonnés d’avoir hasardé des conjectures sur moi !

Mais évidemment,  la chose la plus importante sera de récupérer mon héritage français ! Que Dieu nous sauve !  Et que vous m’aidiez !  Mon aïeul Aubin Lambert fut baptisé en 1632 à Tourouvre (dans l’ancien comté de Perche,  entre Chartres et Alençon).  Il s’est marié au village de Québec avec une parisienne,  Élisabeth Aubert,  fille d’un maître fondeur de Paris, une des vraies « filles de Roi » dotée par le jeune Louis XIV pour se marier dans la Nouvelle France. Le départ du 25 avril 1670 est répertorié dans les archives des hôpitaux généraux de Paris.  Le musée d’histoire canadienne à Ottawa conserve une lettre du premier évêque de Canada,   Laval,  au ministre Colbert en communicant la nouvelle,  datée du lendemain de leur mariage.  Ils étaient parmi les 3000 premières personnes à habiter le pays et à y rester !

Onze générations ont passé et de mon côté,  après avoir étudié la physique à l’Université d’Alberta (1987- 1991),  j’ai fait mon noviciat et mes études humanistiques aux États-Unis (Connecticut, 1991-94),  la philosophie à Rome (1994-96),  mon stage pastoral avec des clubs de jeunes catholiques et des camps d’été (Nebraska/Wisconsin, 1996-2000).  Ensuite,  je retournais à Rome pour la théologie (2000-03) avant d’être ordonné prêtre le 24 décembre 2003.  Avant mon arrivée en France en septembre 2010 (pour être confesseur et directeur spirituel à notre école),  j’ai vécu les 7 premières années de prêtrise en travaillant encore avec des jeunes,  mais aussi en prêchant beaucoup d’exercices spirituels aux laïcs (Rhode Island / New York / Colorado).  Pendant ces années,  j’ai voyagé plus d’un million de kilomètres,  de ville en ville – sans compter tous les vols.  Maintenant je reste ici !  À dimanche prochain !  Union de prières,

Père Shane Lambert, lc.

Comments are closed.