web analytics

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Pèlerinage des catéchistes à Rome. Et après ?

JOURNÉES MONDIALES DES CATÉCHISTES

Voici  l’allocution et l’homélie du Pape François pendant le pèlerinage des catéchistes. Ce sont vraiment des discours stimulants que je vous invite à méditer!

Pendant ce pèlerinage, Mgr Jean-Yves NAHMIAS est venu passer 2 jours avec nous.

Amitiés fraternelles

Nelly

ALLOCUTION DU PAPE FRANÇOIS AUX CATÉCHISTES

Chers catéchistes,

Je suis heureux que dans cette Année de la foi il y ait cette rencontre pour vous : la catéchèse est un pilier de l’éducation de la foi, et il faut de bons catéchistes ! Merci de ce service à l’Église et dans l’Église. Même si parfois cela peut être difficile, on travaille tant, on s’implique et on ne voit pas les résultats voulus, il est beau d’éduquer dans la foi !… Aider les enfants, les jeunes, les adultes, à connaître et à aimer toujours plus le Seigneur est une des aventures éducatives les plus belles, on construit l’Église ! “Être” catéchistes ! Faites
attention, je n’ai pas dit “faire” les catéchistes, mais “être”, parce que cela implique la vie. On conduit à la rencontre avec Jésus par les paroles et par la vie, par le témoignage. Et “être” catéchistes demande de  l’amour, amour toujours plus fort envers le Christ, amour envers son peuple saint. Et cet amour, nécessairement, part du Christ.
Qu’est-ce que signifie repartir du Christ pour un catéchiste, pour vous, pour moi aussi, car moi aussi je suis catéchiste ? Je le ferai à partir de trois points – comme les évêques jésuites, trois points…

1. Repartir du Christ signifie avant tout avoir de la familiarité avec Lui. Jésus le recommande avec insistance aux disciples lors de la Dernière Cène, quand il s’apprête à vivre le plus haut don de l’amour, le sacrifice de la Croix. Jésus utilise l’image de la vigne et des sarments et dit : demeurez en mon amour, demeurez attachés à moi, comme le sarment est attaché à la vigne. Si nous sommes unis à Lui nous pouvons porter du fruit, c’est la familiarité avec le Christ. Demeurer en Jésus, rester attaché à lui, en lui, avec lui, parlant avec lui. Demeurer avec Jésus.
La première chose, pour un disciple, c’est de rester avec le Maître, de l’écouter, d’apprendre de Lui. Et ceci vaut toujours, c’est un chemin qui dure toute la vie ! Pour moi, par exemple, c’est très important de rester devant le Tabernacle ; rester en la présence du Seigneur, se laisser regarder par Lui. Est-ce que tu te laisses regarder par le Seigneur ? Il te regarde. C’est une manière de prier. Est-ce que tu te laisses regarder par le Seigneur ? Comment faire ? Regarde le tabernacle et laisse-toi regarder, même si tu t’endors, il te regarde quand même, sois sûr qu’il te regarde.
Et cela réchauffe le cœur, tient le feu de l’amitié allumé, te fait sentir que Lui vraiment te regarde, il t’est proche et t’aime bien. Je comprends que pour vous ce ne soit pas si simple : spécialement pour celui qui est marié et a des enfants, il est difficile de trouver un long temps de calme. Mais, grâce à Dieu, il n’est pas nécessaire de tout faire de la même façon ; dans l’Église il y a variété de vocations et variété de formes spirituelles ; l’important est de trouver la façon appropriée de rester avec le Seigneur ; cela est possible, c’est possible dans chaque état de vie. En ce moment chacun peut se demander : comment est-ce que je vis ce “demeurer” avec Jésus ? Ai-je des moments où je reste en sa présence, dans le silence, où je me laisse regarder par Lui ? Est-ce que je laisse son feu réchauffer mon cœur ? Si dans notre cœur il n’y a pas la chaleur de Dieu, de son amour, de sa tendresse, comment pouvons-nous, pauvres pécheurs, réchauffer les cœurs des autres ?

2. Le second élément est ceci : repartir du Christ signifie l’imiter en sortant de soi et en allant à la rencontre de l’autre. C’est une belle expérience, et un peu paradoxale. Pourquoi ? Parce que celui qui met le Christ au centre de sa vie se décentre ! Plus tu t’unis à Jésus et plus Il devient le centre de ta vie, plus Il te fait sortir de toi-même, te décentre et t’ouvre aux autres. C’est le vrai dynamisme de l’amour, c’est le mouvement de Dieu même ! Dieu est le centre, mais est toujours don de soi, relation, vie qui se communique… Nous devenons nous aussi ainsi si nous restons unis au Christ, Il nous fait entrer dans ce dynamisme de l’amour. Là où il y a une vraie vie en Christ, il y a ouverture à l’autre, il y a sortie de soi pour aller à la rencontre de l’autre au nom du Christ.
Le coeur du catéchiste vit toujours ce mouvement de “systole – diastole” : union avec Jésus – rencontre avec l’autre. Systole – diastole. S’il manque un de ces deux mouvements, il ne bat plus, il ne vit plus. Il reçoit en don le kérygme, et à son tour l’offre en don. C’est ainsi dans la nature même du kérygme : il est un don qui génère la mission, qui pousse toujours au-delà de soi-même. Saint Paul disait : « L’amour du Christ nous pousse », mais ce “nous pousse” peut aussi se traduire par “nous possède”. C’est ainsi : l’amour t’attire
et t’envoie, te prend et te donne aux autres. Dans cette tension se meut le cœur du chrétien, en particulier le cœur du catéchiste. Demandons-nous tous : est-ce ainsi que bat mon cœur de catéchiste : union avec Jésus et rencontre avec l’autre ? Est-ce qu’il s’alimente dans le rapport avec Lui, mais pour le porter aux autres et non le retenir ? Je vous dis une chose : je ne comprends pas comment un catéchiste peut rester immobile, sans ce mouvement.

3. Et le troisième élément est toujours dans cette ligne : repartir du Christ signifie ne pas avoir peur d’aller avec Lui dans les  ériphéries. Ici me vient à l’esprit l’histoire de Jonas, une figure vraiment intéressante, spécialement dans nos temps de bouleversements et d’incertitude. Jonas est un homme pieux, avec une vie tranquille et ordonnée ; cela le porte à avoir ses schémas bien clairs et à juger tout et tous par ces schémas, de façon rigide. Mais quand le Seigneur l’appelle et lui dit d’aller à Ninive, la grande cité païenne, Jonas ne
le sent pas. Ninive est hors de ses schémas, elle est à la périphérie de son monde. Et alors il s’échappe, il fuit, il s’embarque sur un bateau qui part au loin. Allez relire le Livre de Jonas ! Il est bref, mais c’est une parabole très instructive, spécialement pour nous qui sommes dans l’Église.
Qu’est-ce qu’elle nous enseigne ? Elle nous enseigne à ne pas avoir peur de sortir de nos schémas pour suivre Dieu, car Dieu va toujours au-delà, Dieu n’a pas peur des périphéries. Dieu est toujours fidèle, Il est créatif, Il n’est pas fermé, et Il n’est jamais rigide, Il nous accueille, vient à notre rencontre, nous comprend.
Pour être fidèles, pour être créatif, il faut savoir changer. Pour demeurer avec Dieu il faut savoir sortir, ne pas avoir peur de sortir. Si un catéchiste se laisse prendre par la peur, c’est un lâche ; si un catéchiste reste tranquille il finit par être une statue de musée ; si un catéchiste est rigide il devient parcheminé et stérile. Je vous pose la question : quelqu’un parmi vous veut être lâche, statue de musée ou stérile ?
Mais attention ! Jésus ne dit pas : allez, débrouillez-vous. Non ! Jésus dit : Allez, je suis avec vous ! C’est notre beauté et notre force : si nous partons, si nous sortons apporter son Évangile avec amour, avec un vrai esprit apostolique, Il chemine avec nous, Il nous précède, Il nous – je le dis en espagnol – “primerea” toujours. Désormais vous connaissez le sens de cette parole. C’est la Bible qui le dit, pas moi. Elle est fondamentale pour nous : Dieu nous précède toujours ! Quand nous pensons aller loin, dans une périphérie
extrême, et que nous avons peut-être un peu de crainte, en réalité Il est déjà là : Jésus nous attend dans le coeur de ce frère, dans sa chair blessée, dans sa vie oppressée, dans son âme sans foi. Jésus est là, en ce frère. Il nous précède toujours.

Chers catéchistes, je vous remercie pour ce que vous faites, mais surtout parce que vous êtes dans l’Église, dans le Peuple de Dieu en chemin. Demeurons avec le Christ, cherchons à être toujours plus une seule chose avec Lui ; suivons-le, imitons-le dans son mouvement d’amour, dans son mouvement à la rencontre de l’autre ; et sortons, ouvrons les portes, ayons l’audace de tracer de nouvelles routes pour l’annonce de l’Évangile.

Que le Seigneur vous bénisse et que la Vierge vous accompagne.

HOMÉLIE DU PAPE FRANÇOIS

1. « Malheur à ceux qui vivent bien tranquilles en Sion, et à ceux qui se croient en sécurité… couchés sur des lits d’ivoire » (Am 6, 1.4), ils mangent, ils boivent, ils se divertissent, ils chantent, et ils ne s’occupent pas des problèmes des autres.
Paroles dures, que celles du prophète Amos, mais qui nous mettent en garde contre un danger que nous courons tous. Que dénonce ce messager de Dieu, qu’est-ce qu’il met sous les yeux de ses contemporains et aussi sous nos yeux ? Le risque de se complaire du confort, de la mondanité dans la vie et dans le cœur, d’avoir comme centre notre bien-être. C’est l’expérience même du riche de l’Évangile, qui portait des vêtements de luxe et se donnait, chaque jour, à de copieux banquets ; cela était important pour lui. Et le pauvre qui était à sa porte et qui n’avait pas de quoi se nourrir ? Ce n’était pas son affaire, cela ne le regardait pas. Si les choses, l’argent, la mondanité deviennent le centre de la vie, ils nous saisissent, ils nous possèdent et nous perdons notre identité-même d’êtres humains : le riche de l’Évangile n’a pas de nom, il est simplement « un riche ». Les choses, ce qu’il possède, sont son visage, il n’en a pas d’autres.
Mais essayons de nous demander : comment se fait-il que cela arrive ? Comment se fait-il que les hommes, peut-être nous aussi, nous tombons dans le danger de nous renfermer, de mettre notre sécurité dans les choses, qui, au final, nous volent le visage, notre visage humain ? Cela arrive quand nous perdons la mémoire de Dieu. Si la mémoire de Dieu fait défaut, tout s’aplatit sur le moi, sur mon bien-être. La vie, le monde, les autres, perdent leur consistance, ils ne comptent pour rien, tout se réduit à une seule dimension : l’avoir. Si nous perdons la mémoire de Dieu, nous aussi nous perdons de notre consistance, nous nous vidons aussi, nous perdons notre visage comme le riche de l’Évangile ! Celui qui court derrière le néant devient lui-même nullité – comme le dit un autre grand prophète, Jérémie (cf. Jr 2, 5). Nous sommes faits à l’image et à la ressemblance de Dieu, pas des choses, ni des idoles !

2. Alors, en vous regardant, je me demande : qui est le catéchiste ? C’est celui qui garde et alimente la mémoire de Dieu ; la garde en lui-même et sait l’éveiller chez les autres. C’est beau cela : faire mémoire de Dieu, comme la Vierge Marie qui, face à l’action merveilleuse de Dieu dans sa vie, ne pense pas à l’honneur, au prestige, aux richesses, elle ne s’enferme pas sur elle-même. Au contraire, après avoir accueilli l’annonce de l’Ange et après avoir conçu le Fils de Dieu, que fait-elle ? Elle part, elle va chez sa vieille parente Élisabeth, elle-aussi enceinte, pour l’aider ; et dans la rencontre avec elle, son premier acte est la mémoire de l’agir de Dieu, de la fidélité de Dieu dans sa vie, dans l’histoire de son peuple, dans notre histoire : « Mon âme exalte le Seigneur… Il s’est penché sur son humble servante… Son amour s’étend d’âge en âge » (Lc 1, 46.48.50). Marie a la mémoire de Dieu. Dans ce cantique de Marie il y a aussi la mémoire de son histoire personnelle, l’histoire de Dieu avec elle, sa propre expérience de foi. Et c’est ainsi pour chacun de nous, pour chaque chrétien : la foi contient vraiment la mémoire de l’histoire de Dieu avec nous, la mémoire de la rencontre avec Dieu qui, le premier, se met en mouvement, qui crée et sauve, qui nous transforme ; la foi est mémoire de sa Parole qui réchauffe le cœur, de ses actions de salut par lesquelles il nous donne vie, nous purifie, prend soin de nous, nous nourrit. Le catéchiste est vraiment un chrétien qui met cette mémoire au service de l’annonce ; non pas pour se faire voir, non pas pour parler de lui-même, mais pour parler de Dieu, de son amour, de sa fidélité.
Saint Paul recommande surtout une chose à son disciple et collaborateur Timothée : souviens-toi de Jésus-Christ, ressuscité d’entre les morts, que j’annonce et pour qui je souffre (cf. 2 Tm 2, 8-9). Mais l’Apôtre peut dire cela parce que lui, le premier, s’est souvenu du Christ, qui l’a appelé quand il était persécuteur des chrétiens, l’a touché et transformé par sa Grâce.
Le catéchiste alors est un chrétien qui porte en lui la mémoire de Dieu, qui se laisse guider par la mémoire de Dieu dans toute sa vie, et qui sait l’éveiller dans le cœur des autres. C’est impératif cela ! Ça engage toute la vie ! Le Catéchisme lui-même, qu’est-ce qu’il est sinon la mémoire de Dieu, mémoire de son action dans l’histoire, du fait qu’il s’est fait proche de nous dans le Christ, présent dans sa Parole, dans les Sacrements, dans son Église, dans son amour ?

Chers catéchistes, je vous demande : sommes-nous la mémoire de Dieu ? Sommes-nous vraiment comme des sentinelles qui éveillent chez les autres la mémoire de Dieu, qui réchauffe le cœur ?

3. « Malheur à ceux qui vivent bien tranquilles dans Jérusalem ». Quelle route parcourir pour ne pas être des personnes « bien tranquilles », qui mettent leur sécurité en elles-mêmes et dans les choses, mais des hommes et des femmes de la mémoire de Dieu ? Dans la deuxième lecture saint Paul, toujours en écrivant à Timothée, donne quelques indications qui peuvent marquer aussi le chemin du catéchiste, notre chemin : tendre à la justice, à la piété, à la foi, à la charité, à la patience, à la douceur (cf. 1 Tm 6, 11).
Le catéchiste est un homme de la mémoire de Dieu s’il a une relation constante et vitale avec Lui et avec son prochain ; s’il est un homme de foi, qui a vraiment confiance en Dieu et met en Lui sa sécurité ; s’il est un homme de charité, d’amour, qui considère chacun comme son frère ; s’il est un homme d’« hypomoné1 », de patience et de persévérance, qui sait affronter les difficultés, les épreuves, les échecs, avec sérénité et espérance dans le Seigneur ; s’il est un homme doux, capable de compréhension et de miséricorde.
Prions le Seigneur afin que nous soyons tous des hommes et des femmes qui gardent et alimentent la mémoire de Dieu dans notre vie, et qui savent l’éveiller dans le cœur des autres.

Amen.

Comments are closed.