web analytics

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

20120203 | Henri Martin-Granel | Vitraux

Les vitraux de Henri Martin-Granel
dans les églises de Ussy-sur-Marne, Signy-Signets et Sammeron (Seine-et-Marne).
Cliquer pour voir/imprimer le 4 pages édité par l’Association St Authaire
Henri Martin-Granel (1914 – mai 2008)
Architecte,  Sculpteur,  Archéologue et Maître verrier


Henri Martin-Granel a fait aux Beaux Arts de Paris ses études d’architecture.  A la sortie de  l’Ecole il ne s’est pas installé comme architecte,  mais s’est adonné à la sculpture sur pierre et surtout sur ivoire,  en province et à Paris,  prenant spécialement pour sujets des motifs religieux.

En même temps,  originaire de Provence,  dès son adolescence,  il s’était intéressé à l’histoire ancienne.  Il se livra à des fouilles dans les départements de l’Aude,  de l’Hérault,  et du Gard,  en particulier à Mailhac (Aude)  (ndlr il a publié des articles à ce sujet).   Il étudia aussi les églises mérovingiennes de la région,  d’origine mozarabe et d’inspiration syrienne.

Appelé en Tunisie,  à Bizerte comme sculpteur par un ami architecte,  qui avait accepté de construire la cathédrale Notre-Dame de France,  il s’y rendit pour surveiller le chantier,  assurer le remploi de la facade,  et du porche anciens  (projet abandonné ensuite)  et finalement,  présenta un projet très vaste de vitraux qui lui demanda trois années d’études,  essais,  composition et mise en place :  1950/1953.

Il s’agissait de longues fenêtre lumineuses ou plutôt de fentes très allongées,  en dalles de verre représentant de hauts personnages,  sur les quatre faces de ce grand édifice carré.

Après ce coup d’essai qui fut un coup de maître,  Henri Martin-Granel,  réalisa des vitraux,  en dalles de verre uniquement,  pour des églises anciennes ou nouvelles de Tunisie.

Deux d’entre elles,  ont été,  par la suite,  transformées en un gymnase et en une école.

De retour en France en 1954/1955 il s’installa à Crecy-en-Brie,  dans une vieille demeure que possédait,  (avant la Révolution),  la paroisse de La Chapelle-sur-Crecy,  et qui,  reconstruite, est devenue la propriété de la famille de son épouse,  de souche seine-et-marnaise.  Il est père de huit enfants.

Il se consacra uniquement dès lors à son métier de Maître Verrier.  Il a confectionné des vitraux,  soit sous plomb,  soit en dalles de verre,  pour plusieurs églises de Normandie,  et de Seine-et-Marne.  Il a travaillé en 1958 pour le studium des Dominicains de Toulouse  (une immense claustra en briques et verres :  conception particulièrement originale de vitrail autoporteur)  qui illustre bien ses compétences à la fois de maÎtre verrier et d’architecte.

On peut citer aussi un baptistère rond dans une église neuve de Moselle, (Escherange)  en dalles de verre coulées dans des cadres de ciment,  formant ainsi cloison circulaire,  dont l’effet artistique volontairement recherché,  est aussi bien extérieur qu’intérieur.  Il s’agit là encore d’une technique de mur-vitrail.  Il a également travaillé,  lorsqu’elle était en construction,  pour le plafond de la basilique du Sacré-Coeur d’Alger  (1958-1960)  dans une réalisation de vaste envergure utilisant un matériau de briques et de verres de couleurs se déployant comme un ruban sur le thème du feu,  symbole de l’Amour Divin du Sacré-Coeur.

Tout en poursuivant ses recherches et ces travaux importants,  il travaille à des oeuvres plus modestes,  comme les vitraux qu’il a posés en Seine-et-Marne,  en tenant compte du caractère spécifique de chaque église.  Ces vitraux sont soit en dalles de verre,  soit sous plomb,  figuratifs ou non. En effet,  il s’intéresse à la fois au vitrail imagé et au vitrail abstrait.

Dans notre Diocèse de 1955 à 1961,  il a réalisé des vitraux en dalles de verre et aussi un vitrail imagé sous plomb à l’église d’Ussy-sur-Marne.

M. l’Abbé HOUILLON,  curé de Sammeron,  chargé aussi d’Ussy-sur-Marne et de Signy-Signets,  à l’époque,  a fait poser deux vitraux à Sammeron et toute une série dans les deux autres églises.

Eglise de SAMMERON,
deux vitraux (dalles de verre)


Dans le bas côté droit dès l’entrée deux vitraux se regardent,  l’un au-dessus des fonts baptismaux,  l’autre au fond de l’allée,  au-dessus du tabernacle de l’autel de la Vierge.  Ils présentent tous deux en leur centre une colombe dont la symbolique est différente suivant le lieu où est situé le vitrail :

Pour le premier vitrail elle évoque

• la colombe qui apporta une branche d’olivier à Noé après le Déluge (l’eau),

• l’Esprit Saint,  descendu sur Jésus lors de son Baptême sous la forme d’une colombe.  On remarquera que la colombe blanche se présente comme un «crucifié».  Elle est insérée dans une succession de multiples croix en reliefs, chacune d’un ton différent allant du rouge au bleu foncé,  puis bleu clair,  brun,  parme et rose.  Une bordure d’éclats de verre saillant souligne chaque contour et donne à penser à une vraie sculpture de verre.  Cette «cascade» de croix autour de la colombe fait allusion à la Gloire du Christ,  après les multiples souffrances de la Passion,  Gloire à laquelle est associé tout baptisé en devenant enfant de Dieu.

Dans le second vitrail la colombe se présente dans une position d’envol ;  elle est située au centre et rappelle suivant la tradition rabbinique la présence de Dieu dans le Tabernacle.

Dans ce vitrail,  (1,50 m x 2 m de haut)  composé de 12 carrés de fleurs stylisées,  la colombe se trouve encadrée de lys blancs et de roses rouges,  alternés,  (fleurs symboliques de la Vierge Marie,  intermédiaire entre Dieu et les hommes).  On remarquera la simplicité du dessin des fleurs modestes et délicates,  dont les tiges et feuilles d’un vert soutenu vibre sur le fond bleu intense ou mauve des panneaux carrés.

Eglise de SIGNY-SIGNETS,
huit vitraux (dalles de verre)


quatre au mur nord,  dans la partie centrale de l’édifice,  (environ 1,20 m x 2,50 m de haut),

quatre dans le seul bas-côté,  à droite,  au mur sud (environ 1,40 m x 2,50 m de haut).

La première série comporte simplement des éclats de verre aux tonalités assez variées,  mais plutôt pâles,  avec des dominantes de vert,  bleu,  rose,  jaune,  violet ;  mais on peut y distinguer des formes symbolisant la Croix.

La deuxième série,  (un vitrail porte la date de 1960) est plus riche de composition et de couleurs et est plus figurative :

Le premier vitrail en partant de l’ouest,  à la chapelle des fonts baptismaux (teintes mauves,  beiges et grises) représente,  avec une croix au centre,  les eaux vives du baptême symbolisées par des lignes sinueuses.

Le deuxième vitrail évoque le règne végétal avec ses plaques de verdure vive dans un fond plus bleuté et orangé, et fait référence au monde naturel.

Le troisième vitrail présente dans un ciel également bleu et orangé,  quatre oiseaux d’un beau rouge brun,  qui planent en une très belle envolée,  symbole du règne animal.

Dans le quatrième vitrail,  sur un fond orange et bleuté,  se détache une VIERGE à L’ENFANT,  presque entièrement bleu roi,  d’un dessin peu appuyé,  mais d’un coloris très chaud, que l’on apprécie mieux de la nef centrale que du bas-côté lui-même.  La Vierge crée le lien entre le monde naturel (végétal,  animal) et surnaturel (eau purificatrice du Baptême) figurés dans les trois premiers vitraux.

L’Eglise de Signy-Signets est consacrée à la Vierge Marie.

En résumé,  plus d’unité et de simplicité dans les vitraux abstraits de la nef centrale,  plus de variété et d’originalité figurative dans la nef latérale,  avec un thème qui se décline dans le registre habituel de l’iconographie religieuse.

Le cinquième vitrail qui se trouve proche de l’autel est une composition du XIXème siècle.

Eglise de USSY-SUR-MARNE


Pour cet édifice,  irrégulièrement constitué,  il faut distinguer des vitraux de style différent :  à motifs figuratifs et géométriques à la fois,  tous réalisés en dalles de verre.

• quatre dans le mur sud de la nef centrale (0,75 m x 3 m de haut) présentant une géométrie identique de losanges avec cependant des nuances de couleurs et de figuration différentes :

le premier en entrant :  dominantes violet et jaune-orangé, figurant au centre un pain et un semis d’épis d’or,  le deuxième :  dominantes vert et brun présentant un calice et un semis de feuilles de vignes et de grains de raisin rouge,

Le troisième vitrail aux teintes surtout bleues et violettes présente des géométries de carrés et rectangles et quatre colombes :  il symbolise la montée de la prière vers Dieu annoncée par l’Eucharistie (le pain et le vin) des deux précédents vitraux de la nef.  Ce dernier style de vitrail est caractéristique du style de Henri Martin-Granel.

Le quatrième vitrail situé au niveau du transept,  fait pendant à un cinquième se trouvant au mur nord du transept (côté gauche du confessionnal ) mêmes motifs de fleurs stylisées rouges pour celui-ci,  vertes pour l’autre,  se détachant sur des fonds géométriques en dégradé de vert ou brun,  sans symbolique particulière et purement décoratif.

En se tournant vers la tribune,  on aperçoit un petit vitrail de style géométrique aux teintes bordeaux et brun (0,40 m x 1,50 m de haut).

Grand vitrail figuratif sous plomb dans le Choeur

Dans le Choeur à trois pans,  deux vitraux se font face :

A gauche,  un grand vitrail double , (classé MH) du XVIème siècle,  représente la condamnation de Jésus et la première chute sur le chemin du Calvaire.

La Passion ainsi représentée se prolonge à droite par le vitrail figuratif de Henri Martin-Granel (environ 1,20 m x 2,50 m de haut) –  Le sujet représenté est la Descente de Croix,  ou plutôt Jésus remis entre les bras de sa mère,  entourée de Nicodème et de Joseph d’Arimathie.

Dans le haut, un fond bleu porte les trois croix du Calvaire,  les deux larrons et la ville de Jérusalem.

Il s’agit du seul vitrail complètement figuratif et sous plomb que Henri Martin-Granel ait réalisé en Seine-et-Marne.  Il est signé HMG en bas à droite.

Henri Martin-Granel a volontairement repris les couleurs,  et dessiné ses personnages dans le style du XVIème siècle pour que son vitrail s’harmonise avec celui qui lui fait face.  Les teintes sont très éclatantes :  rouge,  jaune,  vert,  bleu foncé,  violet. Le beau violet intense du manteau de la Vierge attire le regard au centre du vitrail et s’apparente exactement à celui de la Vierge du vitrail de la Sainte Famille,  que l’on peut voir de façon simultanée sur notre gauche dans la Chapelle de la Vierge.

Cet ensemble de vitraux de l’église d’Ussy-sur-Marne est particulièrement adapté à l’édifice et à ses différentes parties aussi bien pour le dessin et les couleurs que pour la matière :  simplicité dans la nef assez austère,  richesse dans le choeur un peu plus orné,  discrétion dans l’étroit bas-côté nord qui est plutôt une allée.

Le vitrail de Saint-Authaire avec Saint Colomban est une composition du XIXème siècle.

Le retable du Choeur est occupé par un tableau du Christ Ressuscité,  (signé Cléret) déposé entre 1958 et 1961 –  restauré en 1993/1994,  ce tableau a retrouvé sa place au-dessus du maître-autel en l’an 2006.

A l’époque où Henri Martin-Granel a exécuté son vitrail «La Descente de Croix» cet emplacement était occupé par le grand Crucifix en bois présenté sur un socle dans le Choeur.

Henri Martin-Granel a réalisé d’autres vitraux en Seine-et-Marne et en Seine-Saint-Denis :

• Jouarre,  la Tour de l’Abbaye –  deux vitraux et deux médaillons,

• Quincy-Voisins,  la sacristie de l’Eglise –  deux verrières,

• Maisoncelles-en-Brie,  – six vitraux dans l’Eglise,

• Meaux,  verrières dans la chapelle des Visitandines et église Saint-Jean Bosco (1967),

• Crécy-en-Brie,  une verrière et six grands oculus dans l’Eglise,

• Aulnay-sous-Bois,  chapelle d’Ambourget (1966).

Et ailleurs en France

• 1956 :  Saint-Denis de la Réunion,  cathédrale,  Royan,  église Notre-Dame,

• 1958 :  Lisieux,  abbaye Notre-Dame du Pré,

• 1964 :  Soissons,  église Saint-Crépin,

• 1969 :  Antony,  chapelle du collège Sainte-Marie (mur-vitrail),

Et bien d’autres réalisations encore (CES,  et Lycées,  résidences…)

Il a créé également à partir de l’an 2000 de nombreuses oeuvres pour des collections privées,  avec ses deux fils,  Jean-Baptiste,  et Vincent,  peintres tous deux.

HENRI MARTIN-GRANEL

est considéré comme l’un des plus remarquables

Maîtres Verriers contemporains.

 

Association Saint Authaire (septembre 2008) –  Yvonne Ampen (revu octobre 2011)

Sources :  André BARRAULT (extraits des pages 79 à 82)

Société d’Histoire et d’Art

Diocèse de Meaux 1961

Archives de Seine-et-Marne –  recherche Marie-Thérèse Najar –  n°REV413.

 

Comments are closed.